Institut de coopération

avec l'Europe Orientale

"Apprendre à se connaître, pour savoir se comprendre"

Site réalisé avec SPIP

Mots-clés

Nouveautés sur le Web

N° 89 Aprés Notre-Dame-des-Landes, le centre Tolbiac (Université Panthéon-Sorbonne)
___Hier les zadistes ont fait école, aujourd’hui ils font université !

vendredi 6 avril 2018.
"Un bon flic est un flic mort" et "À mort Israël"

Depuis sa création, l’Institut de coopération avec l’Europe orientale fait tout pour promouvoir la coopération internationale interuniversitaire décentralisée. Pour favoriser le transfert des savoirs et des technologies, ICEO a pu s’appuyer sur un exceptionnel réseau d’enseignants-chercheurs.

Les responsables de l’Association attachent donc une importance toute particulière à ce qui se passe dans les universités partenaires et dans les universités françaises.

Ce qui survient actuellement dans plusieurs facultés en France, est de nature à donner à l’étranger une très mauvaise image des universités françaises. Les responsables d’ICEO, qui ont œuvré pendant des dizaines d’années pour faire connaître l’excellence de l’enseignement supérieur et de la recherche dans leur pays, ne peuvent donc que déplorer le désordre qui tend à s’installer.

"Contact écrire à ICEO" : cliquer ici :

Nous avons mis en ligne sur le site web d’ICEO plusieurs articles ayant trait à l’enseignement , à la démocratie, à la société,qui peuvent apparaître aujourd’hui prémonitoires :

Pour lire l’article cliquer ICI

Pour lire l’article cliquer ICI

Pour lire l’article cliquer ICI

Pour lire l’article cliquer ICI

En renonçant, sous le chantage à la violence et à la bavure, à la réalisation du projet de Notre-Dame-des-Landes qui avait reçu durant des années l’onction du suffrage universel, le gouvernement a fragilisé considérablement l’État de droit. En faisant la preuve manifeste de son impuissance, il a justifié par avance tous les comportements délictueux, voire criminels, qui font reculer le pouvoir régalien et qui ne sont jamais sanctionnés.

Tous les terroristes, tous les activistes révolutionnaires, tous les trafiquants, tous les passeurs, tous les voyous ont parfaitement reçu le message. Dans les démocraties de l’Union européenne, et en France en particulier, la sacralisation de la vie des délinquants ouvre grande la porte à tous les désordres.

Chaque année, au cours de leurs missions, des milliers de policiers sont blessés et plusieurs dizaines le sont gravement, des centaines de pompiers également. Les violences faites aux forces de l’ordre se sont banalisées, elles trouvent toujours et encore des avocats pour les excuser, et même pour les justifier.

L’interdiction qui est faite aux gendarmes et aux CRS de riposter effectivement à hauteur des violences qu’ils subissent, donne aux manifestants professionnels une nette supériorité de moyens et un incomparable avantage psychologique.

Des milliers de policiers et de gendarmes blessés chaque années

Tant que les lanceurs de cocktails Molotow pourront bénéficier de la coupable mansuétude de l’opinion publique, tant que leur vie sera considérée comme plus précieuse que celle des représentants de la loi, faire respecter la loi restera mission presque impossible. Tant que les gouvernements oublieront qu’en démocratie « force doit rester à la loi  », l’affichage de leur intransigeance et de leur fermeté fera sourire, avant malheureusement de faire beaucoup pleurer.

La plus vieille université française,

la plus célèbre,

soumise à la répression policière et victime des hordes fascistes.

Heureusement les antifas sont là

Halte là, halte là, les antifas sont là !

Les antifas ont élu démocratiquement leurs chefs,

des responsables ayant de bons maîtres à penser.

Une semaine après la mort du colonel Arnaud BELTRAME,

ils n’ont pas hésité à dénoncer les violences policières.

Quinze jours après l’assassinat de Mireille KNOLL…

ils n’ont pas eu peur de désigner les coupables

Ils ont décrété Tolbiac "Université ouverte" ?

Tolbiac "Université ouverte" ?

Tolbiac "Université ouverte" ?

Tolbiac "Université ouverte" ?

Une répression fantasmée ?

Combien de facs évacuées par la police ?

La violence "antifasciste" est-elle seule légitime ?

À Montpellier, les manifestations "antifascistes" semblent les seules légitimes, si l’on en croit le tribunal médiatique, expéditif et "révolutionnaire".

L’Université se meurt,

l’Université est morte,

ne nous résignons pas, vive l’Université !

Ici une mine de TIG (travaux d’intérêt général) pour les peines de substitution.

Des étudiants et des étudiantes prêts à donner leur sang pour repeindre la fac.

Une présidence qui appelle au calme.

Des étudiants qui appellent à la solidarité avec les sans papiers,

qui appellent à la solidarité avec les cheminots,

qui appellent à la solidarité avec les Kurdes.

Tandis que l’Université va tout droit dans le mur "d’expression".

60 % des étudiants qui entament une licence quittent l’université sans diplôme.

Tolbiac c’est l’Université du cœur, des papiers pour tout.e.s, des examens pour tout.e.s, des lits pour tout.e.s, des repas pour tout.e.s, etc. Une université pour "toutes celles et ceux" qui ."déplorent les effets dont ils chérissent les causes".

le 13 décembre 2017

Les universités Toulouse 2-Jean-Jaurès, Toulouse 3- Paul Sabatier, l’Institut national polytechnique (INP) et l’Insa ont décidé de se « rapprocher » au sein de l’Université de Toulouse. Le but de ce rapprochement est de reconquérir le label « Initiative d’excellence », ou Idex, dont le dossier doit être déposé dans la foulée, le 18 décembre. Un statut que Toulouse avait perdu en 2016, après l’avoir obtenu en 2013 de manière probatoire. Les universités mettraient leurs forces en commun, notamment pour prétendre à des subventions annuelles estimées à plus de 25 millions d’euros. Étudiants, enseignants et personnels de Toulouse 2 se sont prononcés contre ce projet, lors d’une consultation les 6 et 7 décembre.

Il est dommage que les étudiants et certains enseignants de Toulouse, réduisent le regroupement des universités dans une même ville à un problème comptable. Alors que le plus important est que Toulouse puisse présenter à l’international une offre d’enseignement supérieur et de recherche regroupée et aussi complète que possible.

C’est ce que toutes les grandes universités dans le monde ont fait, à la plus grande satisfaction des enseignants et des étudiants.

Les étudiants et les enseignants de l’Université Montpellier III n’ont visiblement pas coopéré avec beaucoup d’universités étrangères

CONTACT cliquer ICI

COMMENTAIRES

[ Le 8 avril , 0 H 57, F. K Lille] : Voici un commentaire trouvé sur un site qui complète vos commentaires.

[Thomanou] : C’est cocasse de se moquer de leur niveau d’orthographe, mais ce qui gêne plus dans leur message c’est le passage sur les femmes qui ne choisiront pas les filières sélectives. Les fautes d’orthographe sont involontaires, en revanche ce passage fait clairement partie de leur idéologie.

Les jeunes filles dominent les études de médecine, les études de droit (filière qui pourrait presque être considérée comme sélective vus les taux de réussite), écrasent les études d’infirmier (sur concours), dominent les écoles de journalisme, les classes préparatoires littéraires, les classes préparatoires lettres et sciences sociales, les classes préparatoires scientifiques biologie, chimie, physique et sciences de la Terre, les écoles d’art et les instituts d’études politiques.

[ Le 7 avril , 19 H 37, Ch. D Saint Malo] : Les niveau baisse à l’UNEF aussi. Le Canard enchainé est un journal de "vieux cons" sans doute ? Le mercredi 4 avril le journal satyrique a relevè une montagne de fautes dans un seul texte.

[ Le 7 avril , 17 H 09, JM. R Béziers ] : Les trublions gauchistes souhaitent-ils vraiment que l’université valorise mieux la culture. Et laquelle ? Et jusqu’à quel âge ? Et que feront ensuite ces "étudiants cultivés" dans la vie active s’ils n’ont pas aussi acquis des savoir-faire professionnels ?

Il faut un équilibre entre culture et savoirs utilitaires, qui sont complémentaires. La culture juridique est justement celle qui, dans ses différents aspects, favorise cette combinaison entre culture ouverte sur l’Histoire et le monde et savoir-faire en vue d’un champ professionnel lui-même également largement ouvert et divers.

[ Le 7 avril , 11 H 08, E. M Dunkerque ] : Pas très clair ce que vous voulez dire. Facho -pas facho ?

[ Le 7 avril , 9 H 58, A. R Montpellier ] : Trop d’amalgames dans cet article, trop de raccourcis et d’approximations qui empêchent de se poser la seule question qui vaille : le rôle de l’université dans un monde qui ne valorise que les savoirs utilitaires

[ Le 7 avril , 9 H 03, M. RD Nîmes] : Pas bien compris.... Je n’aime pas ...



SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0